JagFan - Fan de l'Atari Jaguar !

19 octobre 2017

Jaguar is not dead !

la Jaguar n'est pas morte !

3 nouveaux jeux sont à paraître en novembre :

2017_PRGE_Jaguar_Games

Jeff Minter Classics (une compile de 2 jeux Llamasoft), Escape 2042 (le jeu d'infiltration d'Orion) et Astrostorm (un Asteroïd like) seront disponibles sur le site AtariAge, qui a pris soin de les éditer : https://www.atariage.com/

!!! ILS SONT DESORMAIS DISPONIBLES EN PRE COMMANDE !!!

Posté par le barbu à 08:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


12 octobre 2017

Par le pouvoir du CPC du crâne ancestral !

club drive

Club Drive

1994 - Atari

Course 3D

Club désastre

Ce jeu de course a une sinistre réputation... Celle d'être LE pire jeu de la console, une catastrophe industrielle qui a entraîné la Jaguar et ses 64-bit dans les tréfonds de tous les classements vidéo-ludiques. Et je m'étais juré de ne pas y toucher, de ne pas salir la passion qui m'anime.

s_ClubDrive_2

Le risque, je le mesurais depuis des années, était que je revende toute ma collection par dépit... Malgré cette promesse de damnation éternelle, j'ai quand même fini par céder, lâchement. La "collectionnite" a pris le dessus : j'ai acheté Club Drive !

Je n'ose même pas vous raconter l'histoire qui nous est narré dans le manuel, un truc tout droit sorti de la tête d'un enfant de 4 ans. Difficile en effet de chercher une cohérence entre un circuit à la "Micro Machines" au ras du parquet, comme si on était une majorette manipulée par un gamin, le Far West et la ville entre guillemet "réALisTe" de San Francisco. Sachez juste que vous êtes dans un parc d'attraction pour voitures (!)... Et que du coup, tout s'éclaire et tout s'explique !

3D des Temps Anciens

Ce qui frappe dès les premières secondes de jeu, c'est cette 3D préhistorique (à une époque où Daytona U.S.A sévissait dans les salles d'arcade) faite de faces pleines, grossières et sans détail, avec des couleurs unies et criardes. On cherche rapidement à savoir ce qu'est sensé représenter tel ou tel rectangle de couleur se perdant dans le décor. Un rendu qui rappelle les glorieuses tentatives dans ce domaine sur les CPC à cassette et autres ZX Spectrum du milieu des années 80.

club_drive_atari_(usa)_9

Concernant l'animation et les contrôles, c'est médiocre... pour rester poli. Plutôt qu'une boîte manuelle pour passer la 5ème, la vitesse est à choisir dans les options juste avant la course : SLOW ou FAST. Or dans les 2 cas, le jeu montre ses limites : la sensation de vitesse est inexistante en mode "slow" et en mode "fast", le bolide s'avère juste incontrôlable. 

Pourtant, tout n'est pas aussi ignoble qu'on peut se l'imaginer. Certaines zones de course surprennent par leur taille, surtout en comparaison de ce qu'il y avait à l'époque. En mode course simple, San Francisco et le Far West sont deux petits mondes ouverts qui méritent le coup d'oeil une fois passé l'effroi (si toutefois, l'effroi arrive à passer).

club-drive-jaguar sf2

Le passage dans la maison est aussi sympathique avec une télé où s'anime un Pong et un improbable chat rouquin cul-de-jatte qui avance sur la moquette tel un camion sans roue.... Ce qui provoque toujours un grand éclat de rire.

Faites vos jeux !

Le jeu propose 3 types de jeux : la course simple, la collecte de baballes (de l'exploration à la Cybermorph) et le jeu du chat et de la souris, jouable uniquement à 2 joueurs. Le tout sur 4 environnements : maison, far west, San Francisco et rampes de skate (!).

-La collecte des "power balls" amuse (si, si...) et permet de s'habituer sans risquer de péter les plombs au maniement du bolide. Un conseil : évitez les vues extérieures, le véhicule, en plus d'être horriblement laid (une juxtaposition de rectangles et de carrés), n'est pas très maniable. Préférez la vue initiale, cette vue intérieure permet de bien voir les virages et les obstacles, et rend l'expérience -presque- agréable. 

club drive SF

-Le mode course classique a ceci d'original, comme précisé plus haut, qu'il ne se borne pas à des circuits fermés (à l'exception du tracé du Skate Parc), ce sont des "bacs-à-sable" où on est libre d'aller où on veut, avec des raccourcis partout, des impasses, des passages secrets et même des easter-egg chelous. C'est là LA vraie bonne surprise du jeu. 

-Le mode 2 joueur reste à tester pour ma part. Mais pour ça, il faudrait que je trouve une victime consentante, parfaitement consciente des risques pour sa santé mentale.

Je pense que Club Drive misait beaucoup sur le mode 2 joueur, car on fait vite le tour du jeu en solo. Et pour cause, le jeu n'est pas punitif. Il n'y a aucune contrainte de temps, pas de compte à rebours et aucun challenge qu'on trouve habituellement dans ce type de jeu, comme un championnat ou d'autres bolides concurrents. Il s'agira juste de battre ses records.

Moche, lent, ridicule, Club Drive cumule et accumule tous les défauts repoussoirs. Mais Ô surprise, il reste sympathiquement nul, avec un coté "bac à sable" vraiment pas désagréable. Ce qui le sauve de justesse de la poubelle.

Note_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : https://atariage.com/software_page.php?SoftwareID=2490

Posté par le barbu à 00:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

11 septembre 2017

Dans le repaire de Smaug...

dragonslair

Dragon's Lair

1995 - ReadySoft

Dessin animé interactif

Ciné magique

Pour libérer sa jolie princesse Daphné des griffes d'un ténébreux dragon, Dirk, un téméraire soldat de la garde, va devoir se perdre dans un sinistre château et passer par une enfilade de salles bourrées de monstres et de pièges... Là, débute les ennuis...

S'il ne brille pas par son histoire, Dragon's Lair a surtout marqué la grande Histoire du jeu vidéo en étant le tout premier dessin animé interactif !

s_DragonsLair_1

Avec une pointure de l'animation comme Don Bluth aux commandes (ancien de chez Disney, réalisateur de Fievel et le Nouveau Monde ou d'Anastasia), le jeu d'arcade qui date de 1983 (!) est particulièrement impressionnant pour sa réalisation. On se tient devant un véritable dessin animé, quelque part entre un Disney classieux et un Tex Avery déjanté.

Alors bien entendu, l'interactivité est limité, on n'est pas libre de nos mouvements, tout est scripté. Il s'agit bien d'un film et les séquences d'animation se débloqueront en appuyant sur le bon bouton.

Un D.A dont Vous êtes le Héros

Le jeu a le grand mérite d'être clair dans ses intentions : vous allez mourir jusqu'à plus soif, et ce dans la joie et la bonne humeur. On sent d'ailleurs que les animateurs, bien sadiques, se sont fait plaisir à ce niveau là. Avec sa dégaine un peu gauche de grand duduche, Dirk est le parfait cobaye pour expérimenter toutes les morts cartoons du jeu : se faire cramer, bouffer, étouffer, liquéfier, empaler etc... 

Pour éviter ça, il faudra donc choisir et enchaîner les bonnes actions au bon moment. Et cela se joue parfois à la fraction de seconde près ! 

Dragon s lair 4

On touche là à un point qui peut fâcher le joueur manquant de patience. D'autant qu'il y a certains passages sur lesquels on peut légitimement s'arracher les cheveux, car il est parfois difficile de savoir à quel moment précis enclencher l'action, voire même quelle action il faut faire, faute d'indice.

Dans la Salle des Tortures 

J'ai longtemps considéré ce genre de jeu, et ce jeu en particulier, comme une torture. Une fois les 5 vies passées, j'avais le sentiment qu'il fallait tout recommencer depuis le début, quelque soit son avancée dans le château (ce qui est faux). J'avais rapidement lâché l'affaire. Découragé.

Dragon s lair 1

Or il y a bien des checkpoint toutes les 6 salles environ, et les continues sont infinis. Le jeu est aussi très court, donc si on progresse sur une série de salles, on se rapproche à grands pas de la fin. Le jeu est bien moins punitif qu'il en a l'air, si tout simplement, on accepte son challenge et le fait de mourir cent fois pour faire un pas.

DragonsLair 2

Ayant compris le "truc" (appuyer sur un seul bouton à la fois, temporiser, bourriner ou laisser appuyer sur le même bouton sur certaines séquences) depuis que j'ai terminé Space Ace, l'autre dessin animé interactif de Don Bluth, mes aprioris se sont tous envolés. La progression dans ces salles bourrées de pièges a quelque chose de très amusant et de très addictif.

J'ai fini le jeu, avec grande joie, après avoir été un temps bloqué à la séquence du damier psychédélique (sur Jaguar CD, c'est la 28ème salle sur les 30 que compte le château) avec des grosses billes de couleurs qui nous roulent dessus. Ce passage, que je nomme "Marble Madness", exige du pur timing... 

"Drink Me"

Cultissime jeu d'arcade ayant intronisé le genre du DA interactif, Dragon's Lair est un véritable classique et il s'apprécie comme tel, comme un excellent vin racé. Le jeu accumule des moments de bravoure dans une ravissante ambiance Héroïc Fantasy, proche de celle que l'on retrouvera trois ans plus tard dans Taram et le Chaudron Magique des studio Disney.

Il y a un grand soin apporté aux décors, susceptibles de s'écrouler à tout moment, et au design des créatures rencontrées, tantôt comiques, tantôt sérieuses. Ces dernières comme le Chevalier Noir inspirent souvent la crainte et le respect. Toute cinématographique, la mise en scène est enlevée et beaucoup de détails humoristiques viennent la ponctuer comme le fameux "Drink Me".

dragon's lair 2

Cette conversion sur Jaguar CD pixellise un peu, surtout en comparaison de la borne d'arcade ou de celles qui tournent sur 3DO et sur Cd-I, mais la qualité de la vidéo en plein écran reste honorable pour l'époque. A noter qu'il n'y a pas de salles aléatoires comme dans l'original, ce qui amoindrit la difficulté. Seul le sens de l'image change parfois, pour mettre à mal nos petites habitudes. 

Soyez-en averti, les débuts sont très difficiles, et le découragement n'est jamais bien loin. Il faut juste comprendre la mécanique du jeu, prendre le coup.

Une fois passé ce cap, le plaisir de progresser dans ce château infernal est total ! Dragon's Lair est un "Die and Retry" amusant et classieux, avec une réalisation digne de son support.  

Note_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : http://atariage.com/software_page.php?SoftwareLabelID=1081

Posté par le barbu à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 septembre 2017

Passer de 50hz à 60hz, la Jaguar est sur le Grill

ATTENTION, CECI N EST PAS UN TUTO

Je ne suis pas réparateur et je ne m'y connais pas du tout en technique. C'est plus un petit reportage histoire de marquer le coup. Pour le tuto, je donne un lien en bas de ce billet.

La séquence bidouillage s'est déroulée chez mon copain d'enfance, Adrien, qui durant une petite heure a fait parler son talent et a jouer du fer à souder. Objectif : débrider la console, la faire passer de 50hz à 60hz à l'aide d'un petit interrupteur. Une formalité pour mon camarade qui a déjà réanimé une NES et débridé entre autres machines une MASTER SYSTEM.

IMG_20170906_114911 - Copie

Voici la table des operations. La voir dans cet état m'a fait tout bizarre. A noter que l'imposante carte de la Jaguar est protégée par une coque en métal que l'on voit au fond.

IMG_20170906_121118 - Copie

Le matériel disponnible : Du fer à souder, des pinces, du cutter. De la récup pour les fils et l'interrupteur.

thumbnail_IMG_20170906_121917

La résistance R140 (ici cerclée en rouge) est toute petite, à peine un ou deux millimètres, et c'est elle qui bride la Jaguar européenne à 50hz. L'enlever suffit a monter votre console en grade !

Un interrupteur permet de switcher de l'un à l'autre mode, soit en 50hz soit en 60hz. Quelques soudures avec des yeux de lynx pour ne pas que les fils conducteurs se touchent (et il en faut car c'est minuscule). 

IMG_20170906_122945 - Copie

Après deux petits coups de perceuse à l'arrière de la console, on range le tout dans la console, on glisse l'interrupteur dans le trou nouvellement fait, on visse et on ferme.

Le résultat est bluffant, le petit interrupteur, discret, ne dénote pas du tout et donne même une touche retro. A l'écran, je redécouvre certains jeux. Pitfall est par exemple en plein écran, sans les fameuses bandes qui rapetissaient l'écran de jeu. Et le message d'erreur de Dragon's Lair, seul jeu à tourner exclusivement en 60hz, est également un mauvais souvenir. Un des ces quatre matins (pas eu l'idée de prendre la photo), je posterai la photo de la bête avec son interrupteur. 

Un grand merci à Adrien !!

Un tuto en ligne sur le site d'Oldies Rising : 

http://www.oldiesrising.com/AmanoSkin/oldiesrisingtutos.php?titre=Switcher%20sa%20Jaguar

Posté par le barbu à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2017

Jagfan est sur Instagram ;)

Jagfan fait sa tournée des réseaux sociaux : après la page Facebook, le compte Instagram

histoire de partager toutes les photos et les news du blog...

https://www.instagram.com/atarijagfan/

Atarijagfan

Posté par le barbu à 00:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


18 mai 2017

Dragon's Lair et son implacable message d'erreur !

Dragon's Lair

Sans zonage, la Jaguar (et le Jaguar Cd) pouvait se targuer de faire tourner tous les jeux quelque soit son pays d'origine. Tous, sauf un ! Dragon's Lair ne tourne que sur les Jaguar NTSC (led rouge) venant des U.S et qui font tourner les jeux en 60 hz.

message d'erreur Dragon's Lair

Hélas, ma Jaguar est une console européenne PAL (led verte) bridée à 50 hz. 2 solutions : acheter une nouvelle console, ou bricoler la mienne. Il paraît que c'est simple avec un interrupteur qui permet de switcher la console en mode 50 hz ou 60 hz, mais je n'ai jamais bidouillé de ma vie. Donc pour l'instant, j'ai opté pour l'instant pour la 3ème option : rester Zen ! :)

EDIT du 07/09 : Du nouveau depuis la parution de ce billet. Grâce au talent d'un ami pour la bidouille, ma jaguar s'est transformé en fauve. Avec un petit interrupteur qui la débride, à moi la joie des jeux en 60hz. Plus de grosses bandes écrasant l'écran de jeu sur Pitfall ou autres, les jeux sont en plein écran. Ils sont plus fluides aussi. Et surtout Dragon's Lair marche sur Jaguar Cd. A moi les Game Over de l'infini ! Bientôt un petit reportage photo sur le démontage et le bidouillage de la Jaguar. Et le test de Dragon's Lair, une fois fini !

Posté par le barbu à 18:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

14 mai 2017

Dirk, perdu dans l'espace

b_SpaceAce_front

Space Ace

1996 - ReadySoft

Dessin animé interactif 

Borf Contre Attaque

Avec Dragon's Lair paru sur borne d'arcade en 1983, un ancien animateur des studios Disney nommé Don Bluth créa un tout nouveau genre de jeux vidéo : le dessin animé interactif.

On y incarnait un chevalier téméraire pérégrinant dans un château bourré de pièges. Il fallait choisir la bonne action à la seconde près, sous peine de morts affreuses et irrésistiblement cartoons. Malgré sa difficulté démente, le jeu fit sensation (il dénotait franchement à coté des autres jeux de l'époque qui ne proposait que quelques pixels sur fond noir) et fit un véritable carton, ce qui encouragea l'équipe de Don Bluth a signer l'année suivante un autre jeu sur le même principe. 

Space Ace

Space Ace vit ainsi le jour. On retrouve la même veine comique qui animait Dragon's Lair mais cette fois-ci tout ce passe dans l'espace dans une ambiance de Space Opera proche de Star Wars. Pour le pitch, notre tendre Kimberley vient de se faire enlever par des extra-terrestres. Sous les traits d'un ado, pouvant se transformer sous l'effet d'un rayon en beau gosse musclé à la mâchoire carrée, à nous de jouer les héros et de triompher des E.T pour la sauver.

GET ME OUT OF HERE !

Avec l'avennement des consoles à Cd dans nos foyers au milieu des années 90, l'éditeur Readysoft s'est appliqué à adapter les 2 jeux de Don Bluth, et même une production maison nommée Braindead 13, devenant ainsi les spécialistes du genre. Pour ne parler que de Space Ace, la conversion sur Jaguar Cd est honnête mais la résolution n'est pas optimale. C'est pixellisé, alors moins que sur Mega Cd mais bien plus que sur Cd-i dont la version s'apparente en comparaison à un "arcade perfect". Au niveau de la bande son, c'est pas mal, la musique est déjantée mais les bruitages manquent de péter aux oreilles, le son étant un peu voilé

Space Ace 1

Passé ces constats, l'aura disneyenne est bien là, le style graphique de Don Bluth partagé entre Tex Avery et Disney est génial et les animations aux amphètes sont toujours aussi remarquables, d'autant plus que le rythme des séquences est particulièrement soutenu. Sur Space Ace, un cap a même été franchi depuis Dragon's Lair. Ici ça s'enchaîne non stop, sans aucun temps mort...

Du die and retry... and die

Que ce soit sur une base orbitale ou dans l'espace, ç'en est même exagéré : action totale à fond les ballons, montage pétaradant et un piège toute les secondes ! Les détracteurs du jeu ont d'ailleurs beaucoup reproché ce coté épileptique à Space Ace, l'action peu lisible au premier coup d'oeil accroissant de manière exponentielle la difficulté.  

Or -et c'est un joueur allergique à la base à ce genre qui parle- il est possible de progresser dans cette suite de QTE hardcore sans rager, s'arracher les cheveux et jeter console et télé du 9ème étage.

Space_Ace_3

Les commandes sont très simples : haut, bas, gauche, droite pour les directions à prendre et tir pour blaster les ennemis. L'erreur qu'on commet (et que j'ai commise) au début, et fait qu'on se décourage très vite, est d'appuyer sur plusieurs boutons en même temps ou de les enchaîner trop rapidement. Or pour progresser,  il faut juste appuyer sur un seul bouton pour que la séquence suivante s'enclenche, pas deux boutons, pas trois, un seul. Alors des fois il faut les enchaîner et des fois il faut temporiser. Des éléments du décor clignotent et donnent de précieux indices sur la voie à prendre. Lorsque qu'on a compris quelles actions faire à la chaîne, ça devient nettement plus simple, d'autant qu'on peut souvent anticiper les actions.

C'est un coup à prendre et même si pour le commun des mortels, ça reste du "Die and Retry" intense et intensif, je trouve que Space Ace est bien moins dur ou stressant qu'il n'y paraît. Même une fois les 5 vies passées, le continue nous ramènera au niveau précédent la dernière étape qu'on a débloqué, ce qui est assez peu punitif.

"Energize", le Rayon des Champions

L'autre bon point est qu'on a la possibilité de prendre différents chemins pour arriver au bout d'une séquence, si on active ou non le rayon "ENERGIZE". Ce rayon nous transforme alors en Héro Badass pour des séquences d'action démente, plus que mouvementées (et pas forcément plus simples). Le plaisir est vraiment de découvrir tous les passages possibles, et notamment les raccourcis qui permettent de ne pas se prendre la tête (surtout si d'aventure on veut reprendre tout depuis le début). 

Au final, j'avoue m'être pris au challenge du jeu, oubliant mes à-prioris très négatifs sur le genre, j'avoue que progresser même d'une demi-seconde procure du plaisir. J'ai aussi eu la chance d'y jouer à deux, à tour de rôle, et c'est assez stimulant voire bien plus marrant que tout seul. 

SpaceAce2

La question est pourquoi je ne me suis pas frotté du coup au mythique et séminal Dragon's Lair sur Jaguar Cd ? J'ai découvert en fait que Dragon's Lair est le seul jeu Jaguar a ne pas fonctionner sur ma bonne vieille Jaguar PAL bridée à 50 hz. Il faut impérativement une console américaine ou bien bricoler sa console pour la débrider (ce que j'ai fini par faire), et passer en mode 60 hz. Sinon, le jeu se lance quelques minutes et se bloque avec un message d'erreur d'une injustice totale. Space Ace ne souffre pas de cette tare et marche à merveille.

En conclusion, Space Ace est un dessin animé interactif dopé au amphétes, allant au rythme d'un grand huit garni de loopings, et met la barre haute en termes de pièges en pagaille.

Ce "Die and Retry" désarçonne et puis petit à petit, le charme du jeu, bourré d'humour, agit. La progression seconde après seconde procure même beaucoup de plaisir. Un conseil : n'hésitez pas à y jouer avec un camarade (ou une camarade), c'est stimulant et très amusant.  

Note_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : https://atariage.com/software_page.php?SoftwareLabelID=1107

Posté par le barbu à 19:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 mai 2017

Escape to Orion

Après une escapade sur Playstation, Megadrive, Game boy et Steam, Orion_ retrouve la Jaguar avec ESCAPE 2042 - The Truth Defenders, un nouveau jeu de plates-formes futuriste qui promet beaucoup :

2042

En vue de la prochaine sortie, il est possible de se manifester pour le réserver, afin qu'Orion_ produise le nombre exact de cartouches. ça se passe sur le forum YARONET : http://www.yaronet.com/topics/187415-escape-2042-the-truth-defenders

Posté par le barbu à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 avril 2017

1.894.135 !!

Partie mémorable sur Defender 2000 qui s'est terminée avec fracas au niveau 38.

Au final 1 894 135 pts et un peu de tachycardie :).

Highscore Defender 2000

Posté par le barbu à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mars 2017

Earth Defence Force 3048

defender

Defender 2000

1996 - Atari (développé par Llamasoft)

Shoot

Jeff Minter is Back

Après le détonnant et culte Tempest 2000, Monsieur Jeff Minter a remis au goût du jour un autre grand classique des salles d'arcade : j'ai nommé le mythique Defender. 

defender2000_title

Conçu à l'origine par Eugene Jarvis pour Williams (et non pour Atari) et paru en 1980, Defender fut surtout le premier shoot à défilement horizontal. On avait la possibilité d'aller à gauche et à droite. Il fallait outre éliminer la menace ennemie comme dans tout bon shoot, protéger avec l'aide d'un radar des petits bonshommes en contre-bas.

Si on n'y prenait pas garde, ces pauvres hères se faisaient kidnapper par les Aliens. On pouvait alors détruire ces odieuses créatures et récupérer nos bonshommes en plein vol pour les déposer sain et sauf sur la terre ferme (et faire plein de points).

Flower Power

La formule utilisée sur Tempest avait divinement bien marché et sur une Jaguar en fin de vie, Jeff Minter a eu les coudées franches pour faire à peu près ce qu'il voulait... Et en effet, il a fait exactement ce qu'il voulait... Sans aucune retenue !

Car sous ses dehors de shoot sérieux et martial, se cache en réalité un défouloir psychédélique complètement barré, au mille et un effets et aux mille et une couleurs flashies. De quoi dérouter le commun des joueurs...

Même ceux qui avaient adoré Tempest 2000 !

d2kpfegg

Ce décalage est pourtant typique des productions Llamasoft. Rappelons que la société de Jeff Minter s'est fait connaître avec des jeux décalés, aux noms plus qu'évocateurs : Attack of the Mutant Camels, Sheep in Space, Metagalactic Llamas Battle at the Edge ou dernièrement, Space Giraffe sur le Live Arcade de la Xbox 360.

Une collection de jeux dont Tempest 2000 serait à priori le représentant le plus abordable. Du coup, Defender 2000 n'a rien d'étonnant si on connaît le pédigré de son concepteur. 

Du classique revisité

La cartouche propose 3 versions du jeu. Des 3 versions proposées, la classique est celle qui se rapproche le plus de ce qu'on trouvait sur borne d'arcade. Et pourtant Mr Minter a mis son grain de sel en incorporant des effets lumineux et des explosions (très réussies) de sprites. Efficace, le gameplay reste inchangé depuis les origines et fait se rendre compte à quel point Defender était un shoot particulièrement intense et abouti.

defender2000_3

Avec Defender Plus, on rentre cette fois-ci dans la quatrième dimension avec l'utilisation de portails (sous la forme de cubes bleus) pour explorer des niveaux parallèles. Le jeu, se jouant toujours sur fond noir, s'en trouve bouleversé puisqu'on perd rapidement ses repères, ne sachant plus trop où on se trouve. Tout en restant classique dans le fond, l'expérience de jeu est renouvelée et intéressante.

Place à la version qui nous occuppera le plus : la version 2000. Elle propose des graphismes en 2d avec des décors variés et détaillés. Nos tirs sont multicolores et les petits bonshommes au sol gigotent comme des épileptiques. Ils hurlent à la mort lorsqu'ils se font chopper par les extra-terrestes. Notre mission, inchangée d'une version à l'autre, sera bien entendu d'en sauver un maximum. 

maxresdefault

Originalité de la version 2000, si par malheur, il n'y a plus un seul survivant, il n'y a pas de game over. L'écran devient alors complètement fou et notre vaisseau se retrouve au beau milieu de l'espace (ou de la vingtième dimension, c'est selon ce que vous acceptez de voir et de comprendre) dans une zone que je qualifierai de purgatoire particulièrement hostile.

What the F**k ?

Coté gameplay pour cette version 2000, le constat est un peu amer en début de partie : notre vaisseau est énorme ! La hitbox fait l'intégralité de notre vaisseau et les ennemis apparaissent au petit bonheur la chance en plein milieu de l'écran. La lisibilité est limite et le défilement assez sensible apparaît comme incompatible avec notre taille. Impossible d'anticiper les ennemis, si on n'a pas l'oeil sur le radar, même à vitesse modérée. Ainsi lors des premières parties, la confusion régne et la déception pointe le bout de son nez. Le jeu n'a clairement pas la finition d'un Tempest 2000.  

Néanmoins, il faut s'accrocher et l'entraînement a du bon. L'habitude aidant et les subtilités intégrées, Defender 2000 a un vif et ardent pouvoir d'addiction, de la même essence que l'on trouvait dans Tempest 2000. Le score monte vite et très haut, les possibilités de le multiplier sont nombreuses et les niveaux s'enchaînent par dizaines (les géniales warp zones pour sauter des niveaux rappellent celles de Tempest 2000).

defender2000_1

Avec toutes les armes, on devient indestructible et passé une à deux heures de jeu, la déception laisse place à un sentiment de surpuissance et de jubilation face à un tel feu d'artifice.

Sur une musique technoïde typique des années 90, les parties s'enchaînent sans problème avec l'envie de goûter encore un peu plus à ce qu'il convient d'appeler une drogue.

Pour finir, je dirai que sauver nos bonshommes a aussi quelque chose de très gratifiant. Defender n'est pas qu'un simple shoot, on ne fait pas que détruire, on vient surtout à la rescousse !

Ne vous fiez pas à son look de shoot SF tout ce qu'il y a de plus sérieux, Defender 2000 est un jeu de hippie. Totalement déroutant, défiant parfois les limites du bon goût, sa difficulté tendue et ses quelques défauts de conception vous ramèneront parfois sur Terre.

Mais pour peu qu'on accepte l'expérience, Defender 2000 délivrera à hautes doses ses vapeurs psychédéliques et réveillera comme jamais des synapses enfouis, qu'on croyait à jamais endormis, dans notre cerveau. 

Du pur LSD vidéoludique !

Note_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : https://atariage.com/software_page.php?SoftwareLabelID=1076

Posté par le barbu à 14:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mars 2017

un dessin de moi

portrait fredo

Un portrait de votre serviteur par mon ami Davidchu. Il a su deviner ma passion, je crois... :D

Son blog de Pin-up : http://davidchukette.canalblog.com/

Posté par le barbu à 09:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 janvier 2017

"Hover" the Top !

HS Unconquered Lands

Hover Strike - Unconquered Lands

1995 - Atari

Shoot 3D

Add-on de Luxe

Sur une lointaine colonie spatiale, les Terrakians ont la fâcheuse habitude de se servir des humains comme chaire à pâté pour leurs sordides industries.

A nous, à bord de notre tank, de nous infiltrer en zone ennemie pour stopper ces atrocités et libérer une fois pour toute la planète...

HS UL screen Title

Hover Strike était un shoot paru initialement en version cartouche et proposait des environnements en 3d mappée, des textures détaillées qu'on n'avait pas forcément l'habitude de voir sur le support.

Sur Jaguar Cd, cet "Unconquered Lands" peut être considéré comme une version améliorée du jeu de base. Or pendant très longtemps, je ne voyais pas l'intérêt de posséder deux jeux similaires, d'autant que le premier nous proposait les commandes d'un tank peu maniable. C'était une erreur, car sans être exactement une suite (l'histoire est la même), l'expérience de jeu est totalement renouvelée.

Nouveau modèle de Tank

Fini de batailler pour contrôler son engin, le tank ne glisse plus dans tous les sens et répond désormais au doigt et à l’œil.

En étant simplifiées, les commandes sont nettement plus agréables. Il n'y a plus de bouton de frein, il suffira de lâcher le bouton d'accélération pour que notre engin de mort s'arrête net. Tout simplement. Fini également les chocs contre les murs qui occasionnaient dans le premier jeu de gros dégâts et qui, étaient trop souvent, responsables de notre perte dans les passages étroits.

HoverCD

Hover Strike - Unconquered Lands est un jeu maniable et mine de rien, ça change tout : plus de prise de tête possible, on se concentre sur nos objectifs et sur la recherche d'items, on se recentre sur le jeu et ses qualités deviennent évidentes.

De nouvelles terres à conquérir !

Là où Cybermorph nous proposait un subtil mélange d'exploration et de shoot, avec une pincée de stratégie pour aborder des ennemis aux comportements variés, Hover Strike s'avère être un shoot 3d bourrin et nerveux, rendu délicat par le nombre conséquents d'ennemis et des zones au relief tourmenté.

A moins d'être un killer, nettoyer les zones consciencieusement n'est, à mon avis, pas la meilleure tactique pour survivre. Libre à vous de faire comme bon vous semble, mais je préfère pour ma part foncer tête basse vers les objectifs, en abattant les ennemis les plus dangereux le plus rapidement possible. Avant de fuir les lieux au pas de course. On pourra trouver le principe des cibles à anéantir répétitif mais les niveaux aux environnements variés s'enchaînent sans déplaisir.

HoverStrikeCD

Bien sûr pour motiver le sous-titre "Unconquered Lands", le jeu nous offre en plus des niveaux d'origine (désert, glace, nuit, urbain, volcanique et eau), dix niveaux inédits dans deux nouveaux environnements.

Les niveaux dans la base ennemie, avec ses constructions monumentales, sombres et metalliques, apportent la touche oppressante qui manquait au jeu. Tandis que la zone "organique" étonne en étant bien glauque. Son sol rouge sang semble respirer sous le passage de notre engin et quelques ennemies enfouies réserve quelques surprises.

Mieux, c'est mieux

CD oblige, Unconquered Lands nous gratifie de belles cinématiques et d'une musique de bien meilleure qualité. Sur ce point, ce n'est pas juste une relecture du thème martial de la version d'origine, mais bien une nouvelle bande-son plus mélodieuse et plus immersive.

hover-strike-unconquered-lands

On a également droit, ce qui n'est pas négligeable, à des textures plus fines et plus détaillées. Cela améliore grandement la lecture du jeu. Dans les zones nocturnes, peu lisibles sur cartouche, ç'en est même flagrand... 

Oui, j'ai longtemps cru que ce Unconquered Lands était une simple redite de la version cartouche avec des améliorations liées au support CD.

Or à ma grande surprise, Unconquered Lands éclipse la première tentative en étant plus maniable. Le jeu s'avère au final être un solide shoot 3D mâtiné d'exploration, le genre prenant et immersif sur Jaguar CD.

Note_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : https://atariage.com/software_page.php?SoftwareLabelID=1088

 

Posté par le barbu à 19:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 décembre 2016

Jouez à l'Atari ST sur Jaguar !

Atari ST

Dernier post de l'année (sauf surprise), je suis passé un peu à coté des conversions Atari ST sur Jaguar. Premièrement, parce qu'à ma grande honte, je n'ai jamais possédé l'ordinateur le plus célèbre de la firme. Et deuxièmement, j'avais rapidement assimilé ça à de l'émulation (avec tous les problèmes de droits d'auteur que ça peut poser).

Avant de m'appercevoir qu'il s'agissait de véritables conversions dans les règles de l'art avec codage intensif pour conversion parfaite. J'imagine même le casse tête que ça a du être d'adapter des commandes claviers à la manette Jaguar !

Détail des jeux :

XENON 2 MEGABLAST

xenon-2-jaguar box

Gros succés et grand classique du Shmup sur Atari ST, il est disponnible depuis mai dernier en version boîte et cartouche. Ce jeu disposait de la griffe des productions Bitmap Brothers, à savoir musique cadencée, graphismes de la belle époque et difficulté haute sur le tensiomètre. Seule la musique a été modifiée pour des problèmes de droit, et modernisée en conséquence.

xenon 2

Toutes les infos du jeu sur http://atariage.com/forums/topic/253093-xenon-2megablast-how-to-order-your-copy/

------------------------------------

CUSTODIAN

post-181-0-86830900-1476290317

Ce jeu d'action bio-mécanique, comme on en trouvait pléthore sur les micro d'antan, est disponible en version boîte et cartouche. Le style du jeu est particulier et la conversion est à l'identique du jeu que l'on trouvait sur ST.

custodian jaguar

la page Facebook de l'éditeur : https://www.facebook.com/pikointeractive/

------------------------------------

LES CONVERSIONS DE CYRANO JONES

rick-dangerous

Là, c'est une forme de prouesse et on peut applaudir l'homme au grand nez pour sa productivité, car Cyrano Jones s'est mis en tête de convertir tous les jeux de l'Atari ST (de International Karaté + à Moon Patrol en passant par Gauntlet II) !!

Et l'homme de Reboot les propose en libre téléchargement.

hqdefault 

16 jeux ont eu l'honneur d'une sortie en version cartouche (R-type, Joust, Klax, Rick Dangerous...), ils ont été co-éditées par le site AtariAge.

Vous pouvez suivre directement les aventures de Cyrano Jones sur le forum d'AtariAge : http://atariage.com/forums/topic/233430-so-i-was-playing-around-with-some-binaries-today/

 

Posté par le barbu à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 novembre 2016

Reboot the droïde : Rebooteroids

Décidément, en ce mois de novembre, la Jaguar est particulièrement gatée. Après Flappy Bird, arrive un tout nouveau jeu pour la 64-bit d'atari en version cartouche : Rebooteroids. Mélange d'Astéroïds pour le principe et de Tempest 2000 pour le trip visuel, le tout est concocté par les anglais de Reboot. Et c'est disponible depuis le 15 novembre :

http://atariage.com/…/to…/259012-rebooteroids-now-available/

Jaguar_Rebooteroids_Boxes_FrontAndBack

Pour voir le tout en mouvement, voici la vidéo de présentation :

Posté par le barbu à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 novembre 2016

Flappy flappo.

atari-jaguar-gets-a-brand-new-homebrew-game-called-flappy-mcfur-header

Flappy McFur, signé BitJag, est une parodie vidéoludique mêlant Flappy Bird (que les possesseurs d'I-phone connaissent bien) et le shoot félin de la Jaguar, j'ai nommé Trevor McFur in the Crescent Galaxy. On incarne une tête de Jaguar ailée devant, comme dans le célèbre jeu viet-namien, éviter les obstacles se présentant à nous.

Le jeu sort en version cartouche dans une très belle édition ! Le collectionneur que je suis se tâte encore...

flappy-mcfur

Le lien de Bitjag : http://bitjag.com/project_5.html

Posté par le barbu à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :