08 juin 2018

Non loin de la vallée de Gwangi...

primal rage

Primal Rage

1995 - Time Warner Interactive (développé par Probe)

Baston

Qui l'emportera ? Le King Kong de Bornéo ou le T-Rex de Mexico ?

Comme jeu de baston, Primal Rage est dans la droite lignée des Mortal Kombat avec beaucoup de sang et plein de fatalités bien gores. Sauf que cette fois-ci, point de ninja ou de culturiste à se mettre sous la dent mais de gros dinosaures. De gros dinos qui se chamaillent devant des petits humains en délire...

primal_rage écran titre

Pour qui s'inquiéterait de voir des bonshommes au beau milieu des dinosaures, sachez que le jeu se déroule non pas pendant la préhistoire (même fantasmée) mais dans un futur post-apocalyptique où après la chute d'un météore (amenant avec lui ces grosses bestioles), la civilisation humaine a disparu. Les quelques survivants, en pagne ou en bikini, vénérent désormais ces nouveaux venus comme des dieux. 

A écailles ou à poils, ces dieux ont donc décidé d'en découdre une fois pour toute pour savoir qui régnera en maître sur cette planète...

Au sol, Raquel Welch tient les paris... 

Comme bébètes, on a droit à Sauron et à Diablo, 2 gros et gouleyants T-Rex (ce sont un peu les Ken et Ryu de Primal Rage). Ensuite il y a Blizzard et Chaos, 2 gros gorilles (des cousins certainement à King Kong), Talon, un raptor agile aux griffes acérées, Armadon, un puissant tricératops avec une queue qu'il utilise comme un marteau et enfin Vertigo, un dilophosaure au long cou qui crache du venin.

primal-rage-jaguar 2

Au final, on a droit à un total de 7 personnages, dont 2 paires avec les mêmes skins. Ce qui est peu. Néanmoins, on ne fait pas le tour du jeu en un quart d'heure. Maîtriser sa bestiole demande de l'entraînement. L'équilibrage du roster étant plutôt bien fait, chaque bestiole a des arguments suffisants pour être préférée aux autres...

King of the Monsters

La variété passe essentiellement par les nombreux coups spéciaux dont on dispose : projectiles, téléportation, défense de zone, étourdissement. Ils sont difficiles à sortir car ils demandent qu'on appuie, en plus des directions, sur plusieurs boutons en même temps : 2 au minimum voire 3. Ça ne pose pas de problème, à priori, sur une manette Pro-Controller à 6 boutons. Avec la manette classique, en revanche, la jouabilité est mise à rude épreuve : on jouera avec A, B, C et option pour les coups forts et les coups faibles.

primal_rage 3

Difficile dans ces conditions de n'utiliser que le pouce sur le coté droit de la manette. Il faudra jouer comme sur une borne d'arcade et se servir de tous les doigts de sa menotte pour pianoter les touches (à la manière d'un forcené). 

One Million Years B.C

Heureusement, la difficulté est totalement paramétrable pour éviter de péter un cable et on peut prendre son temps pour s'habituer aux commandes. Une fois sa bestiole maîtrisée, Primal Rage s'apprécie comme un bon jeu de baston : animé et nerveux. Si je devais le comparer aux autres cadors de la baston sur Jaguar, il se situerai juste derrière Ultra Vortek et loin devant Kasumi Ninja

Les dinos sont des sculptures en pâte à modeler, photographiées puis digitalisées à l'écran. Pour les animer, on a utilisé cette bonne vieille technique du stop-motion, de l'animation image par image comme au bon vieux temps de Ray Harryhausen et des films de dinosaures des années 50 (comme One Million Years BC entre autres). Le résultat, en plus d'être un clin d'oeil appuyé à ces vieux films, est je trouve assez réussi. C'est tout à la fois désuet, charmant et plutôt fluide.

primal-rage-jaguar 1

Graphiquement, le jeu (qui est sorti sur quasiment tous les supports existants de l'époque) se rapproche de la qualité arcade, en étant largement plus belle que les versions 16-bit et un cran au-dessus par rapport à la version 32X. On pourrait comparer cette version à celle parue sur 3DO. De bonne taille, les dinos sont cependant moins gros que ceux qui peuplent les versions Saturn et Playstation (ce qui est bien rageant !). 

Le Jaguar CD accueille des gros dinos playdos pour un bon jeu de baston, bien arcade et bien gore (quoiqu'un peu cher).

La manette classique n'est pas ce qu'il y a de plus adaptée pour y jouer. Préférez, si vous l'avez, le pad Pro Controller à 6 boutons (lui aussi un peu cher). Si vous ne l'avez pas, il faudra s'entrainer un peu plus, avant d'apprécier à sa juste valeur ces duels préhistoriques (du futur^^). 

Note_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : http://www.atariage.com/software_page.html?SoftwareLabelID=1104

Posté par le barbu à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 mai 2018

Bad Taste 12

braindead box

Brain Dead 13

1996 - Ready Soft

Dessin animé interactif

Doctor X will build a creature

Modeste réparateur informatique, Lance s'est déplacé jusque dans un lugubre chateau pour réparer le super ordinateur du maître des lieux, le terrible Dr Nero Neurosis (un cerveau dans un bocal), sans se douter une seconde que les portes allaient se refermer derrière lui. 

BrainDead13

Le majordome Fritz, le bras armé du Dr, va se lancer à la poursuite du jeune réparateur devenu malgré lui le témoin gênant des plans diaboliques que fomente l'encéphale. Cette course poursuite sera le parfait prétexte pour traverser un labyrinthe de salles hantées par les créatures de la nuit... 

Ready Soft, qui a converti sur les consoles de salon les grands succès d'arcade signés Don Bluth, se lance dans le grand bain en éditant cette production originale. Après l'Héroïc Fantasy de Dragon's Lair et le Space Opera de Space Ace, place à l'ambiance comico-horrifique avec un château hanté, des chauves-souris et des créatures gothiques remises au goût du délire.

Lance vs. Evil Dead

Brain Dead 13 se présente donc comme un dessin animé interactif où il faudra choisir la bonne action au bon moment, c'est à dire appuyer sur le bon bouton à la seconde près pour déclencher la séquence suivante. Si bien sûr, on fait la moindre erreur, c'est la mort assurée... Et des erreurs dans pareil jeu, croyez-moi, on va en faire à la pelle !  

BrainDead13 1

Heureusement, les morts sont toutes tordantes, avec des effets bien cradingues ! Le héros subira en effet toutes les mutilations et tortures possibles : étouffé, incendié ou électrifié pour les morts les plus classiques, fondu à l'acide, lacéré, scalpé, démembré, décapité, tranché en fines lamelles pour les suivantes... La liste des morts est bien plus longue que dans Dragon's Lair et ne se répète quasiment jamais.

Le plus amusant dans cette histoire est qu'il n'y a pas une seule goutte de sang, ce qui crée un décalage parfois troublant entre "horreur" et "cartoon". Car assurément, si le sang avait été présent, le jeu aurait officiellement été intronisé comme le plus gore du monde !

Les Contes de la Crypte

La grande originalité de Brain Dead 13, brisant la linéarité induite par les films interactifs, est qu'on peut parcourir librement les salles du château par le biais de nombreux couloirs et escaliers.

Comme chaque rencontre est l'occasion d'une grande poilade, on prendra beaucoup de plaisir à se perdre dans les tréfonds du château. Entre autres pièges et petites bébêtes, on croisera ainsi un gros Frankenstein quaterback ou bien une belle Elvira (nommée Vivi), esthéticienne, dans des saynètes cartoons bien marrantes. 

brain-dead-13 3

Conscients que Dragon's Lair pouvait décourager le joueur lambda avec sa difficulté hardcore, les programmeurs ont fait l'effort de rendre le jeu accessible à tous, en ouvrant toutes les vannes possibles. On a droit aux vies infinies, à la possibilité de sauvegarder à tout moment (sauvegarde qui disparaît néanmoins si l'on éteint la console) et au checkpoint dès qu'on termine une salle. Des sons distincts nous permettent également de savoir quand on a bien réussi l'action, ce qui facilite grandement le jeu.

Au final, quand bien même le jeu me paraissait labyrinthique -et donc retors au départ- , il est nettement plus facile que les références dont il s'inspire. D'autant plus facile qu'il n'est pas nécessaire de faire toutes les salles, il y a des raccourcis à prendre et plusieurs chemins possibles pour terminer le jeu.

Ectoplasmes et compagnie...

Après 3 petites heures de jeu (et un boss final dément), défilait déjà le générique de fin. J'ai conscience qu'avoir fini Dragon's Lair et Space Ace m'a aguerri pour jouer à ce type de jeu, mais j'avoue avoir été surpris de le finir aussi vite. Malgré ça, l'envie d'y rejouer ne manque pas pour découvrir toutes les salles et tous les chemins possibles.

brain dead13 2

Graphiquement, la compression vidéo est un peu faiblarde : ça pixellise pas mal à l'écran et ça peut piquer nos petits yeux d'aujourd'hui, un peu trop habitués au full HD. C'est dommage car l'animation est vraiment excellente : fluide, dynamique, digne des productions de Don Bluth. Le style graphique fait plus série télé que celui qui officiait dans Dragon's Lair (disons qu'il est moins disneyen) mais il reste bien délire et très inspiré.

En bon cartoon horrifique, Brain Dead 13 se déguste saignant (même s'il n'y en a pas une goutte à l'écran).

Il offre une étonnante liberté d'aller et venir dans un genre d'habitude très cloisonné et une bonne humeur permanente. De grandes qualités qui compensent largement les quelques faiblesses du jeu : à savoir une absence de difficulté et une forte pixellisation.

Note_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : https://atariage.com/software_page.php?SoftwareLabelID=1067

Posté par le barbu à 14:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 août 2010

Liste des Coups spéciaux pour Kasumi Ninja

Les coups spéciaux de Kasumi Ninja ne sont franchement pas faciles à sortir et comme le manuel ne nous aide pas, je profite de l'occasion pour dresser la liste des coups spéciaux de ce jeu de baston.

Il y a peut-être des erreurs, n'hésitez pas à m'en faire part...

L'idée, si vous voulez trouver les coups par vous même, est de maintenir le bouton C et d'essayer différentes combinaisons avec les directions. Ce qui n'est pas simple du tout.

coup_du_kilt

Bon courage à tous les Ninjas !

-

Habaki le Ninja orange

Le Ninja de base. Sa fatalité, bien gore, est assez simple à réaliser.

Boule de feu : maintenir C, arrière, bas arrière, bas, bas avant, avant
Tornade de coups de pied :  maintenir C, arrière, arrière, avant, avant
Téléportation : maintenir C, haut, haut

Fatalité : maintenir C, arrière, haut (près de l'adversaire)

-

Senzo le Ninja vert

Ce Ninja dispose des mêmes coups que son frère jumeau.       

Boule de feu : maintenir C, arrière, bas arrière, bas, bas avant, avant
Tornade de coups de pied :  maintenir C, arrière, arrière, avant, avant
Téléportation : maintenir C, haut, haut

Fatalité : maintenir C, haut, bas

-

Thundra l'amazone

Une fille en petite tenue aux attaques spéciales assez simples à réaliser.

Téléportation : maintenir C, bas, haut

Attaque de la Jungle : maintenir C, avant, avant, avant (près de l'adversaire)
Attaque éclair de la Jungle:  maintenir C, arrière, avant, avant (loin de l'adversaire)
Fatalité : maintenir C, haut, avant, haut, avant (loin de l'adversaire)  

-

Chagi le Kickboxer

Un bon perso à la Johnny Cage. Sa boule de feu est assez simple à sortir.

Boule de feu : maintenir C,
arrière, bas arrière, bas, bas avant, avant
Super Coup de pied : maintenir C, arrière, haut
Coup de genou :  maintenir C, avant, avant + B (près de l'adversaire)

Fatalité : maintenir C, avant, arrière, avant, A (près de l'adversaire)

-

Danja la Panthère 


Danja n'a pas grand chose pour elle : pas beaucoup de coups spéciaux et ses sauts sont assez minables.

Boule explosive : maintenir C, arrière, arrière, arrière, avant
Téléportation : maintenir C, bas, haut, haut

Fatalité : maintenir C, arrière, haut, arrière (loin de l'adversaire)

-

Pakawa le Chef Indien

Le Honda du jeu qui scalpe bien !

Coup de boule : maintenir C, avant, avant, avant (près de l'adversaire)
Tremblement de terre :  maintenir C, arrière, haut, haut
Couteau de Chasse : maintenir C, arrière, bas arrière, bas, bas avant, avant

Fatalité : maintenir C, avant, bas avant, bas, bas arrière, arrière (près de l'adversaire)

-

Alaric le Roi des Goths

Un perso qui fracasse

Coup du Marteau :  maintenir C, avant, haut
Glissade : maintenir C, arrière, bas arrière, bas, bas avant, avant
Lancer de Dynamite : maintenir C, bas, bas arrière, arrière, haut arrière, haut
Coup de genou : avant + B (près de l'adversaire)

Fatalité : maintenir C, avant, arrière, avant, B (près de l'adversaire)

-

Angus l'écossais

Son coup du Kilt est légendaire, en revanche, pour arriver à le sortir, accrochez-vous !

Lancer du tronc d'arbre: maintenir C, bas, haut (près de l'adversaire)
Coup de boule: maintenir C, bas, avant (près de l'adversaire)
Coup du kilt: maintenir C, arrière, arrière haut, haut, haut avant, avant

Fatalité: maintenir C, avant, arrière, bas (près de l'adversaire)

 

Posté par le barbu à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juillet 2010

Die, Allied schweinehund !

wolfenstein3d

Wolfenstein 3D

1994 - ID Software

FPS

"Achtung" 

1942, vous êtes BJ Blazkowicz, un soldat allié qui n'a rien à envier, coté mitraillettes et muscles, à Schwarzenneger et vous êtes perdus au cœur d'un château bavarois, une base secrète des Nazis. S'offre à vous un véritable labyrinthe de portes, de couloirs, de salles et de passages secrets ... Vous avancez lentement et c'est au cri d'un soldat allemand que démarre la boucherie. "Achtung"

s_Wolfenstein3D_2

Des croix gammées un peu partout, des portraits d'Hitler accrochés au mur, oui, Wolfenstein 3d avait fait scandale à son époque. Et pourtant, qu'on ne se trompe pas sur les intentions du jeu, on est là pour dérouiller du Nazi. Le but étant d'éliminer une ribambelle d'officiers SS avant d'en finir une fois pour toute avec Hitler lui-même.

Un FPS de légende

Wolfenstein 3d est surtout un jeu mythique sur PC. Bien avant Doom, Id Software a créé un tout nouveau genre de boucherie : le jeu de tir à vue subjective. Fini le petit bonhomme de pixels que l'on suit distraitement des yeux et qui est censé nous incarner, nous voyons désormais ce que voit le personnage, tenant l'arme devant nous.

546

Les ennemis s'avancent vers nous et les murs défilent de manière réaliste nous donnant l'impression d'évoluer dans un véritable univers en 3d.

s_Wolfenstein3D_5

Jeu révolutionnaire sur PC, la conversion sur Jaguar a bénéficié d'un soin tout particulier...Merci ID !

Une version Jaguar deluxe

Par rapport à la version qui tourne sur PC, la résolution de l'image est optimale avec des ennemis vraiment énormes, entièrement redessinés, des tas de détails croustillants, des couleurs qui pètent et surtout pas un seul gros pixel à l'horizon (là où beaucoup d'autres versions faisaient dans la bouillie) !

Pour parler uniquement des boss, ils sont magnifiques et en imposent beaucoup au joueur d'un point de vue taille (qui du coup s'enfuit souvent de peur). Qui ne se souvient pas sans émotion d'Hans Grosse ou du redoutable Death Knight ?

wolf1

Autre détail qui a son importance, les cadavres ne disparaissent plus, ce qui permet de se repérer dans le labyrinthe (en plus de la carte) en essaimant la mort comme le Petit Poucet.

Le système de point a été abandonné (ce n'est pas un mal : les trésors donnent désormais de la vie) pour un écran de jeu simplifié et clair, n'affichant désormais que le nécessaire.

Certes, l'imposante manette de la Jaguar peut poser quelques menus soucis au début. Pour strafer par exemple (faire des pas sur le coté), on doit appuyer sur un bouton tout en appuyant sur la droite ou la gauche. Pas facile. Mais, croyez-moi, on prend vite le coup de main.

wolf3

Coté armement, en plus du fusil mitrailleur et de la rotative, on a également deux armes exclusives à cette version : un lance-flamme pour cramer et un lance-roquette pour dézinguer, deux armes d'une puissance dévastatrice qui s'avèrent indispensables face aux boss.

Si vous aimez les FPS, avec la Jaguar (AvP, Doom et Wolfenstein 3d !!!), vous êtes royalement servi.

Wolfenstein 3d est un incontournable.

UN MUST !

Note_JagNote_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : http://www.atariage.com/software_page.html?SoftwareLabelID=1119 

Posté par le barbu à 18:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 mai 2010

Destroy Football

brutalsportsfootball

Brutal Sports Football

1994 - Telegames (développé par Millenium/Teque)

Sport futuriste

Des Barbus Barbares dans l'Arène...

Dans la droite lignée d'un Speedball 2 ou d'un Blood Bowl, Brutal Sports Football est un sport futuriste et ultra-violent, un mix entre le football américain et le handball où tous les coups sont permis.

BrutalSportsFootball1

Le jeu baigne dans le sang et assouvit avec panache nos bas instincts de guerroyeurs.

des matchs "pas amicaux"

Le jeu a beau se passer dans le futur, il se teinte d'une pincée d'Héroïc Fantasy. Les joueurs sont tous de vieux vikings bodybuildés arborant une bien belle barbe blanche. Les noms des équipes sont aussi évocateurs : les Thugs, les Savages, les Huns... On pourra jouer ou affronter des équipes non-humaines : des lézards, des rhinos ou des béliers.

BrutalSportsFootball2

La partie lancée, le terrain de jeu prend rapidement des allures de champ de bataille. Des bonus jonchent le sol et de nombreuses armes sont ainsi à notre disposition pour la boucherie : haches, sabres, bombes... Parmi les nombreux items, il y a un innocent lapin qui gambade sur la pelouse, le prendre permet de foncer à toute berzingue vers les buts.

BrutalSportsFootball3

Le gameplay est énergique et tout simple, utilisant le même bouton pour taper l'adversaire, le plaquer au sol ou bien tirer lorsqu'on a la balle. Suivant le niveau de difficulté, on sélectionnera manuellement ou non le joueur.

L'aspect 16-bit du jeu peut rebuter mais cette conversion de Brutal Football, jeu paru sur Amiga, est plutôt jolie (et bien colorée) avec une belle arène et de bons gros sprites. On reprochera néanmoins un manque de variété à l'ensemble : l'arène et les joueurs "vikings" (hormis les couleurs) ne varient pas d'un match à l'autre. Ensuite, l'animation est moyenne, la faute à un scrolling horizontal qui tremble. On se consolera avec une multitude de petites anims rigolotes ou bien gores.

Couper les têtes !

Marquer des buts n'est pas tout dans Brutal Sports Football. Chaque joueur possède une barre d'énergie et une barre de performance (que l'on peut doper dans le mode "League"). Concernant la barre d'énergie, elle baisse à mesure que le barbu encaisse des coups (plaquage violent, tranchage à la hache, coup de boule...). Une fois réduite à néant, le dernier coup décapite le bonhomme au ras du col.

Brutalsportsfootball6 

Décapiter l'adversaire est particulièrement jouissif. Dans une gerbe de sang, la tête de l'ennemi décolle et retombe sur le terrain comme un item parmi d'autres. On pourra même s'en servir de projectile !

Couper les têtes est pour ma part la meilleure façon de gagner. Déjà, moins il y a de monde sur le terrain et plus il est facile de marquer. Ensuite il est possible de gagner le match quelque soit le score en tranchant 6 têtes des 7 joueurs adverses.

De quoi nous motiver pour crabouiller l'adversaire. Résultat à l'écran : un véritable carnage !!

BrutalSportsFootball4

Oubliez sa réalisation un peu datée, Brutal Sports Football mérite le détour. C'est le genre de jeu (et c'est la marque des grands jeux de sport) où l'on enchaîne les matchs sans discontinuer. A l'image du mode "League", un mode génial et addictif, avec la "Locker Room" qui nous permet de gérer au mieux notre équipe de barbus (les réparer ou les doper ?) et une variété de matchs en tout genre (facile, tendu, contre des animaux etc...).

Ce jeu de sport futuriste ultra violent (Nierk, nierk, nierk!) n'a franchement rien à envier au mythique Speedball 2. Pour ma part, je le trouve même plus fun à jouer.

Note_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : http://www.atariage.com/software_page.html?SoftwareLabelID=1069


 

Posté par le barbu à 00:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mai 2010

les Ninjas à Moustache attaquent !

kasumininja

Kasumi Ninja

1994 - Atari (développé par Hand Made Software)

Baston

Ninja !

Kasumi Ninja surfe sur la vague Mortal Kombat : persos digitalisés à partir de photos d'acteurs, coups de base communs à tous les persos et du sang qui gicle avec des fatalités bien gores ! Au final, un échec qui marque au fer rouge la pauvre Jaguar... Rappel des faits...

s_KasumiNinja_1

Pour son premier jeu de Baston, Atari nous envoie sur l'île de Kasumi, une île peuplée de ninjas. Gyaku, un méchant Ninja y organise un tournoi où s'affronte des Ninjas mais aussi un chef indien, une amazone, le Roi des Goths, un écossais en Kilt...

Entering the Combat Zone  !

Un commentateur imitant très mal le chinois (à la manière de Michel Leeb) vous accueille dans une arène en 3D. Vous pourrez y choisir vos combattants se présentant sous la forme de statues.

s_KasumiNinja_3

Au départ, on ne peut choisir qu'entre 2 Ninjas identiques (seule la couleur de leur combinaison change), des jumeaux répondant aux noms de Senzo et Habaki. Néanmoins, les choix s'étofferont au fil des combats. Il faut l'avouer, c'est une originalité appréciable du jeu : on peut choisir l'adversaire que l'on veut et surtout sélectionner les vaincus après chaque combat.

KasumiNinja_2

En plus des deux frérots, on a donc 6 autres persos. C'est pas beaucoup et ils se ressemblent tous au niveaux des coups ! De plus, c'est un peu le carnaval avec de tout et surtout du n'importe quoi : Pakawa, le chef Indien, Alaric, le Roi des Goths habillé en pyjama, Thundra, la vilaine Reine des Amazones arborant un bikini noir, Angus, l'écossais tout roux au Kilt bien classe ou encore Danja qui brille par son non-charisme absolu !

So Do Magie !

Accordons le, pour ce qui est du sang, Kasumi Ninja est une réussite.

kasumi ninjaaa

Il inonde le sol à mesure que les persos se tatannent, au point de recouvrir tout le parquet ! Les fatalités pour achever l'adversaire sont particulièrement sanglantes voire délirantes comme celle d'Angus qui vous décolle la tête d'un coup de pied et donne un coup de boule de volée à ladite tête lorsqu'elle retombe !!

Coté coups spéciaux, à part le coup du kilt d'Angus, ce n'est franchement pas terrible, chaque perso possédant dans la besace un projectile du style boule de feu et de un ou deux autres coups.

kasumi_ninja

Le fameux coup du Kilt d'Angus est emblématique du total nawak qui traverse ce jeu. Angus soulève son kilt et tire avec on ne sait quoi une grosse boule de feu. Voilà, rien à dire de plus...

Kasumi Nanar

...Si, on pourrait rajouter qu'outre un gameplay simpliste qui n'utilise que 2 boutons de la manette (heureusement, les directions permettent de varier les coups), Kasumi Ninja souffre d'une lenteur pachydermique qui finit de l'achever... Ce n'est pas tant le gameplay qui doit être remis en cause, les persos répondent bien (quoique pour les sauts, c'est une autre histoire...) mais plutôt l'animation, la grande coupable de ce fiasco. Pas très fluide et bien poussive.

Pour s'en convaincre, il suffit de jouer à un autre jeu de baston juste après une partie de Kasumi Ninja, à Mortal Kombat ou bien à Ultra Vortek sur cette même Jaguar...

kasumi_ninja3

Voilà, on peut se dire que le jeu est sympathique, facile, (trop facile même), pas spécialement désagréable et que les décors sont travaillés avec beaucoup d'éléments photographiques et de plans différents.

Mais on ne peut pas se mentir, ce n'est pas faire honneur aux petites joies kitsches que le jeu procure malgré tout (et font que je l'apprécie aussi pour ça).

Kasumi Ninja est ridicule dans les grandes largeurs et est faiblard dans tous les compartiments du jeu. Il n'arrive pas à la cheville du premier Mortal Kombat, son principal modèle et se fait enterrer six pieds sous terre par MK2 et Super Street Fighter 2.

Notons que la boîte promet un bandana "ninja", idéal pour avoir l'air encore plus abruti devant son écran !

Sinon pour ceux qui ont une âme de Ninja et qui veulent connaître tous les secrets du jeu, cliquez sur le lien qui suit :

LA LISTE DES COUPS SPECIAUX ET DES COUPS DE LA MORT !

Note_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : http://www.atariage.com/software_page.html?SoftwareLabelID=1095

 

Posté par le barbu à 23:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2010

Tu vas voir ta tête à la récré !

ultravortek

Ultra Vortek

1995 - Atari (développé par Beyond Games)

Baston

Annihilation Time...

Pour la petite histoire, il était prévu que Mortal Kombat 3 sorte sur Jaguar. Malheureusement, le titre ultra sanglant de Midway resta lettre morte, un effet de manche en plus de la part d'Atari.

A la place, on devait se contenter d'un sous Mortal Kombat ridicule à souhait, Kasumi Ninja (avec Angus l'écossais qui soulève son kilt et nous balance une boule de feu !! !) et de l'ignoble Double Dragon V.

Et l'annonce de la reprise d'un titre obscur jamais paru sur Lynx, Ultra Vortex, ne souleva pas les passions. Pire, à la vue des photos, il n'y avait guère d'espérance qu'un jour on se frite correctement sur Jaguar...

Ultra Kombat

Le X de Ultra Vortex s'est transformé en K, ce qui donne le titre étrange de Ultra VorteK. Des problèmes de droit sur le titre ?? Je n'en ai pas la moindre idée. Peut-être s'agissait-il d'un clin d'oeil d'Atari au K de mortal Kombat. Ou pire, une vengeance terrible d'Atari, pas content de ne pas avoir eu son Mortal Kombat pour sa console. Je pencherai pour la vengeance terrible : UVk pompe sans vergogne MK.   

L'histoire est à peu de chose près la même : une tablette à été découverte en Amérique du sud annonçant le temps du défi final contre le Guardien (un gros démon). Il détruira la terre si personne n'est capable de le battre...

s_UltraVortek_3_1_

Les persos sont un peu plus originaux... Quoique Lucius, le héros désigné ressemble à Liu kang et envoie des éclairs comme Christophe Lambert... Heu, Raiden. M'enfin, continuons. Si les persos ne sont pas nombreux, ils sont variés : il y a des robots, des humains et des mutants. Tout ce beau monde semble sortir d'un cauchemar allumé de Clive Barker. Leurs doux patronymes : Grok, Volcana, Dreadlock, Skullcrusher...

ultravortek2_1_

Coté gameplay, c'est ce qui ressemble à un copié collé de Mortal Kombat. Je dis bien "ressemble" car je m'étendrai plus loin sur les différences qui opposent les deux jeux. Les coups de base sont les mêmes, on retrouve les fameuses balayettes et les uppercut dévastateurs accompagnés d'un rire sardonique et de giclures bien sanglantes.

Bien entendu, il y a les inénarrables "fatalités" gores et délirantes. Citons pour la postérité la tête coupé qui s'écrase en très gros plan sur l'écran télé. Certaines fatalités -mes préférées car ce sont les plus faciles à réaliser- intégrent des intéractions avec le décor...

Mieux que son Maître !

L'ambiance aztèque extra-terrestre est bien rendu avec des décors colorés et détaillés. Ce n'est pas spécialement du meilleur goût ou très harmonieux mais le jeu a une âme et un charme de série Z bien à lui. Mention spéciale à la bande-son, du métal bien méchant tout à fait approprié à ce déluge d'effets gores.

Alors, c'est y mieux que Mortal Kombat 3 ??

Ultra_20Vortek_1_

C'est pas difficile, je déteste Mortal Kombat 3, un jeu d'une difficulté sans nom, laid comme c'est pas permis et qui pour moi a ringardisé toute la franchise. Et puis MK3 se prend très au sérieux, pas Ultra Vortek. En terme de fun, Ultra Vortek écrabouille Mortal Kombat 3. Le gameplay est beaucoup plus agréable, moins raide. Le fameux système de défense de Mortal Kombat a été abandonné au profit de celui plus naturel de Street Fighter. On appuie donc vers l'arrière pour se protéger.

Ensuite, l'animation, souvent le parent pauvre des mauvais jeux de baston, est ici particulièrement fluide. Tout juste manque t-elle d'un soupçon de vitesse... Le mode Turbo, à débloquer avec un code (1+5+9 à l'écran titre), devrait me faire mentir. :)

Les coups spéciaux sont réussis et particulièrement efficaces pour tomber la vie, tantôt rigolos (les ronds de fumée du Rasta), tantôt dévastateur (le rocher attendrisseur de Grok), tantôt majestueux (l'aigle de Lucius)...

Ils sont surtout très simples à exécuter (et surtout on a le temps de les réaliser). Il suffit d'appuyer sur une direction avant d'en appuyer sur une autre ou encore plus simple, d'appuyer deux fois dans la même direction, le tout avec le coup de son choix. Chaque perso possédant 4 ou 5 coups spéciaux différents, il y a de quoi faire.

uv1_1_

Dans Ultra Vortek, je prend du plaisir à manier tous les persos (d'habitude, c'est deux ou trois pas plus). De Volcana (boules de feu à la chaîne) à Lucius (éclairs à la chaîne) en passant par Dreadloc (ronds de fumée à la chaîne) ou Buzzsaw (qui fait du petit bois).

Ultra Vortek est un bon jeu de baston sur Jaguar, amusant voire jubilatoire. Connaissant les Way of the Warrior, Kasumi Ninja, Primal Rage, Mortal Kombat 3 et consorts, c'est de très loin le meilleur clone de Mortal Kombat.

Note_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : http://www.atariage.com/software_page.html?SoftwareLabelID=1123

Posté par le barbu à 14:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juillet 2009

Pandemonium !

doom

Doom

1994 - ID software

FPS

L'Enfer, c'est ici ! 

Vous êtes un pauvre soldat perdu sur Phobos, une des lunes de Mars, et vous avez miraculeusement survécu au carnage perpétré par des monstres. Apparemment, quelqu'un a ouvert la porte des Enfers dans le coin.

N'ayant plus rien à perdre - vos copains se sont transformés en Zombies -, vous allez nettoyer la zone à coup de fusil à pompe et de phaseur à proton.

Ecran_titre_DOOM

Doom est un jeu mythique ! C'est LE jeu qui a donné ses lettres de noblesse au FPS. Pendant des années, pour parler du genre, on disait "Doom-Like".

Avec Wolfenstein 3D, ID software avait posé les bases du genre : un jeu de tir en vue subjective, une représentation en 3 dimensions du décor, une pincée d'exploration avec des clés à trouver, des armes de plus en plus puissantes et des ennemis de plus en plus hargneux.

Doom va encore plus loin !

Carnage Total !

L'ambiance du jeu est extraordinnaire et la réalisation employée est une prouesse de chaque instant.

Doom_3 

Doom propose un environnement en 3D et des textures ultra-détaillées (pour l'époque) plaquées sur les murs mais aussi sur le sol et le plafond. 

Doom propose surtout du relief ! Les couloirs ne sont plus droit et plat comme dans Wolfenstein 3D, il y a désormais de la hauteur. On monte, on descend, on prend un ascenceur, on tombe dans une mare d'acide... Les interactions avec le décor sont nombreuses et nombres de leviers vous feront apparaître ponts et pans entiers de niveaux.

Doom_6

On ne refait pas sa réputation, le jeu est très gore. Le sang coule à gros bouillon. Lorsqu'on tire sur un baril radioactif qui est à proximité des ennemis, les corps explosent comme des tomates !

Le nombre d'armes est conséquent. Dans le genre explosion atomique, le BFG 9000 est dévastateur. Le fusil à plasma n'est pas mal non plus. Si vous aimez le corps à corps sanglant, testez la tronçonneuse ! 

Le level design est vraiment incroyable avec d'innombrables passages secrets et des niveaux qui ne se ressemblent jamais.

Il y a des zones avec un large et inquiétant ciel martien, d'autres qui baignent dans une quasi-obscurité.

doom_2

Le bestiaire est pas mal dans le genre. Entre autres bêtes roses et Cacodémons monstrueux, d'énormes démons cornus (les fameux "barons de l'Enfer") vous attendent. Au son de leur hurlement, croyez-moi, vous allez avoir des sueurs foides !

En mode "mauviette" ("I'm a wimp"), on arrive facilement au 23ème et dernier niveau. En difficulté moyenne, "hurt me Plenty", ce n'est déjà plus la même histoire et je ne parlerai même pas du mode "Nightmare".

Quoiqu'il en soit, n'hésitez pas à augmenter la difficulté. C'est lorsque l'action devient frénétique que Doom prend sa véritable dimension. On recherche constamment les grosses boules bleues (des bonus qui donnent 100 points d'énergie) et des armes plus puissantes. Avec des ennemis qui arrivent par grappe, le carnage est total !      

la Jaguar en Force

Les créateurs de Doom (Carmack et Romero) se sont occuppés eux-même de la version Jaguar et ils l'ont vraiment peaufiné. On gagne 5 niveaux inédits par rapport à la version PC !

Avec 2 télés, 2 Jaguars et un cable JagLink, il est même possible d'y jouer en réseau avec un camarade. A nous les joies des Deathmatch et du mode Co-op ! Pour avoir testé le LAN [tardivement, en 2018], je peux l'assurer : Doom prend une dimension supplémentaire et devient absolument jouissif !  

Les esprits chafouins noteront qu'il n'y a pas de musique (ce qui est assez étonnant vu qu'on les entend entre les niveaux) et que la résolution est plus faible que sur PC mais...

doom_20__20evil_20unleashed_20_1994__1_

Doom sur Jaguar est une des meilleures versions qui existent sur console. Au vu de sa qualité, les sources de la version Jaguar serviront pour la conversion de Doom sur Game Boy Advance.

Le jeu est en plein écran avec des graphismes qui font vraiment honneur à la Jaguar et une animation assez incroyable. L'écran peut être surchargé, ca va très vite et c'est toujours fluide. C'est peut-être cet aspect qui impressionne le plus.

Quoiqu'il en soit, si vous avez une Jaguar, ruez-vous sur Doom !

doom_5

Doom est l'un des meilleurs jeux de tous les temps. Du pur concentré d'action ! UN MUST !

Note_JagNote_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge :  http://www.atariage.com/software_page.html?SoftwareLabelID=1078

 

Posté par le barbu à 17:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 juillet 2009

Crabouillage de Pingouins !

attackofthemutantpenguins

Attack Of The Mutant Penguins

1995 - Atari (développé par Sunrise Games)

Action Stratégie

Une histoire de fou !

Des Extra-terrestres ont décidé d'envahir la Terre. Leur plan, s'infiltrer incognitos dans la population.

amp

En regardant la télé pour mieux nous étudier, ils sont tombés sur un documentaire animalier sur la banquise. Ils ont ainsi cru que le pinguoin était l'espèce la plus évoluée de la terre ! Ils se sont donc déguisés en pinguoin.

Une fois débarqués sur Terre, ils ont compris leur erreur et se sont donc accoutrés en humain. C'est pour cette raison qu'on les trouve affublés de chapeaux de Cow-boy, de bananes à la Elvis Presley ou encore de capes de Mousquetaire !

Des pingouins extra-terrestres déguisés en humain ! Une véritable histoire de fou, digne des films de S-F des années 50 dont le titre à rallonge semble s'inspirer.

Des débuts délicats

Le but du jeu a beau être limpide -crabouiller du pingouins-, les mécanismes pour y parvenir sont nombreux et pas forcément clairs. Sans véritable tutorial (il y a bien quelques explications mais bon), les débuts sont difficiles et risquent de vous rebuter.

Il faudra passer par ce stade difficile que tous les amateurs de vieux jeux de stratégie connaissent : le grattage de barbe, l'air circonspect, devant un gigantesque monolithe noir. À quoi peut servir cette grosse tête au milieu du niveau ? Que font ces petites boules bleues aux yeux globuleux ? Comment peut-on ouvrir les coffres ? Comment se sert-on de l'arme qui ressemble à une poêle à frire ? Que doit-on faire ?

attack_of_the_mutant_penguins_1_

Comprendre l'incompréhensible provoque un plaisir fou. Mon seul conseil est de s'accrocher coûte que coûte. Et donc de sauter le paragraphe explicatif qui suit, un paragraphe maudit qui peut rompre à tout jamais la magie Monty Pythonesque de ce titre. Si vous êtes décidé à poursuivre et à prendre ce risque, je ne peux malheureusement pas vous en empêcher...

Tentative d'expliquer l'inexplicable

Le jeu s'avère être l'ancêtre des Tower Defense. Les pingouins déguisés sont des extra-terrestres, et comme les bons pingouins (vos alliés), ils avancent vers une grosse tête, la Doomscale, qui fait office de balance. Le but est de détruire les mauvais pingouins et d'en avoir toujours moins que de bons sur la balance, sinon c'est le Game Over.

Regarder l'ensemble du niveau avant de jouer permet de repérer cette fameuse Doomscale, les positions respectives des pingouins bons ou mauvais, mais aussi les emplacements des coffres, des pièges et des Gremlins (les boules de poils bleus). Pour ouvrir les coffres et activer les pièges, lesquels ralentiront la progression des mauvais pingouins, il vous faudra collecter des boules bleues, les petits Gremlins qui gambadent en toute innocence dans le niveau.

amp3

Plus vous  lâcherez des Gremlins sur les coffres ou sur les pièges, plus ceux-ci s'ouvriront ou s'activeront rapidement. Les coffres  contiennent soit des objets (dynamite, colle, etc.) soit des lettres. Si vous collectez trois lettres (PAN ou BAT suivant le personnage choisi), vous récupérerez une arme. Celle-ci est la clé pour massacrer en toute quiétude du pingouin et gagner la partie. 

Atention, lorsque vous tapez les ennemis avec l'arme, ils seront juste étourdis et perdront quelques atomes qu'il vous faudra collecter pour remplir une barre d'énergie. Si vous tapez dans le vide, vous perdrez toute l'énergie emmagasinée donc visez juste et récoltez le plus possible d'atomes. Une fois la barre d'énergie remplie, vous serez en mode berserk et l'arme vous permettra enfin d'annihiler toute forme de vie et ainsi d'atteindre votre but premier : l'anéantissement total des extra-terrestres.

Voilà, vous avez bien tout suivi ?

Un massacre joyeux et addictif

En comprenant bien les différentes étapes qui nous mènent vers la victoire, le stress des débuts s'évanouit totalement pour laisser place à un massacre gore et frénétique de pingouins (en grosses grappes, c'est mieux) aux frontières d'un Hack'n Slash. La boîte de pandore s'ouvre alors et libère des vapeurs psychédéliques et la parade des trucs délires ("oh, des pingouins en parapentes!").

La liberté d'action est bien réelle. Libre à vous de vous organiser comme bon vous semble pour azimuter du pingouin : soit en activant à toute berzingue les pièges, soit en vous aidant des gentils pingouins (qui se bastonnent avec les vils imposteurs), soit en attendant patiemment que ces pingouins mutants débarquent... Ou bien, arme au poing, en couvrant un maximum le niveau. 

amp2_1_

Entre les animations cartoon et tordantes des petites créatures et des pièges de plus en plus farfelus comme ce jukebox qui fait danser les Pingouins Elvis, le jeu est bourré jusqu'à la couenne de petites trouvailles amusantes.

Les stages bonus, qui offrent sous trois différentes formes du bon ball-trap, sont des petits monuments de délire, simples et rafraîchissants, nous rappelant au passage à quel point les Lapins Crétins ont tout pompé sur nos petits Pingouins Mutants. 

Mignon, débile et subtil à la fois, ce jeu file une sacré pêche ! Une euphorie s'installe au fur et à mesure de la partie et lorsque c'est la fin (argg ! Seulement 20 niveaux), je regrette déjà ses petits pingouins qui se dandinent...

Mon coup de cœur sur Jaguar !

Note_JagNote_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : http://www.atariage.com/software_page.html?SoftwareID=2543

 

Posté par le barbu à 22:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,