17 mai 2018

Bad Taste 12

braindead box

Brain Dead 13

1996 - Ready Soft

Dessin animé interactif

Doctor X will build a creature

Modeste réparateur informatique, Lance s'est déplacé jusque dans un lugubre chateau pour réparer le super ordinateur du maître des lieux, le terrible Dr Nero Neurosis (un cerveau dans un bocal), sans se douter une seconde que les portes allaient se refermer derrière lui. 

BrainDead13

Le majordome Fritz, le bras armé du Dr, va se lancer à la poursuite du jeune réparateur devenu malgré lui le témoin gênant des plans diaboliques que fomente l'encéphale. Cette course poursuite sera le parfait prétexte pour traverser un labyrinthe de salles hantées par les créatures de la nuit... 

Ready Soft, qui a converti sur les consoles de salon les grands succès d'arcade signés Don Bluth, se lance dans le grand bain en éditant cette production originale. Après l'Héroïc Fantasy de Dragon's Lair et le Space Opera de Space Ace, place à l'ambiance comico-horrifique avec un château hanté, des chauves-souris et des créatures gothiques remises au goût du délire.

Lance vs. Evil Dead

Brain Dead 13 se présente donc comme un dessin animé interactif où il faudra choisir la bonne action au bon moment, c'est à dire appuyer sur le bon bouton à la seconde près pour déclencher la séquence suivante. Si bien sûr, on fait la moindre erreur, c'est la mort assurée... Et des erreurs dans pareil jeu, croyez-moi, on va en faire à la pelle !  

BrainDead13 1

Heureusement, les morts sont toutes tordantes, avec des effets bien cradingues ! Le héros subira en effet toutes les mutilations et tortures possibles : étouffé, incendié ou électrifié pour les morts les plus classiques, fondu à l'acide, lacéré, scalpé, démembré, décapité, tranché en fines lamelles pour les suivantes... La liste des morts est bien plus longue que dans Dragon's Lair et ne se répète quasiment jamais.

Le plus amusant dans cette histoire est qu'il n'y a pas une seule goutte de sang, ce qui crée un décalage parfois troublant entre "horreur" et "cartoon". Car assurément, si le sang avait été présent, le jeu aurait officiellement été intronisé comme le plus gore du monde !

Les Contes de la Crypte

La grande originalité de Brain Dead 13, brisant la linéarité induite par les films interactifs, est qu'on peut parcourir librement les salles du château par le biais de nombreux couloirs et escaliers.

Comme chaque rencontre est l'occasion d'une grande poilade, on prendra beaucoup de plaisir à se perdre dans les tréfonds du château. Entre autres pièges et petites bébêtes, on croisera ainsi un gros Frankenstein quaterback ou bien une belle Elvira (nommée Vivi), esthéticienne, dans des saynètes cartoons bien marrantes. 

brain-dead-13 3

Conscients que Dragon's Lair pouvait décourager le joueur lambda avec sa difficulté hardcore, les programmeurs ont fait l'effort de rendre le jeu accessible à tous, en ouvrant toutes les vannes possibles. On a droit aux vies infinies, à la possibilité de sauvegarder à tout moment (sauvegarde qui disparaît néanmoins si l'on éteint la console) et au checkpoint dès qu'on termine une salle. Des sons distincts nous permettent également de savoir quand on a bien réussi l'action, ce qui facilite grandement le jeu.

Au final, quand bien même le jeu me paraissait labyrinthique -et donc retors au départ- , il est nettement plus facile que les références dont il s'inspire. D'autant plus facile qu'il n'est pas nécessaire de faire toutes les salles, il y a des raccourcis à prendre et plusieurs chemins possibles pour terminer le jeu.

Ectoplasmes et compagnie...

Après 3 petites heures de jeu (et un boss final dément), défilait déjà le générique de fin. J'ai conscience qu'avoir fini Dragon's Lair et Space Ace m'a aguerri pour jouer à ce type de jeu, mais j'avoue avoir été surpris de le finir aussi vite. Malgré ça, l'envie d'y rejouer ne manque pas pour découvrir toutes les salles et tous les chemins possibles.

brain dead13 2

Graphiquement, la compression vidéo est un peu faiblarde : ça pixellise pas mal à l'écran et ça peut piquer nos petits yeux d'aujourd'hui, un peu trop habitués au full HD. C'est dommage car l'animation est vraiment excellente : fluide, dynamique, digne des productions de Don Bluth. Le style graphique fait plus série télé que celui qui officiait dans Dragon's Lair (disons qu'il est moins disneyen) mais il reste bien délire et très inspiré.

En bon cartoon horrifique, Brain Dead 13 se déguste saignant (même s'il n'y en a pas une goutte à l'écran).

Il offre une étonnante liberté d'aller et venir dans un genre d'habitude très cloisonné et une bonne humeur permanente. De grandes qualités qui compensent largement les quelques faiblesses du jeu : à savoir une absence de difficulté et une forte pixellisation.

Note_JagNote_JagNote_JagNote_Jag

la fiche du jeu sur AtariAge : https://atariage.com/software_page.php?SoftwareLabelID=1067

Posté par le barbu à 14:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 mai 2018

Émulation : Zzyorxx II et Phoenix Emu Project attaquent la jaguar !

Lâchons nos pads et parlons émulation. Oui, je sais, c'est mal ! Mais nier l'émulation, c'est nier son importance dans la sauvegarde d'un patrimoine vidéo-ludique, délaissé depuis des décennies. C'est oublier qu'elle peut sensibiliser les curieux de passage au fauve d'Atari et à d'autres consoles moins connues.

Phoenix Logo

En plus d'être un excellent émulateur 3DO, Phoenix Emu Project s'est attaqué en 2017 à la Jaguar avec un taux de compatibilité plus que flateur (l'auteur affirme atteindre les 95% des jeux commerciaux), et des performances prometteuses. L'ensemble des jeux cartouches sont donc émulés (sauf AirCars, bizarre, bizarre). Pour en avoir testé quatre ou cinq, il y a quelques glitchs, un framerate (sur mon PC en tout cas) un peu bas, et coté son, ça buggue sévère mais je trouve l'initiative et le resultat excellents. C'est vraiment prometteur.

Phoenix emulation 1

Alors, la version que j'ai est intégralement en russe et si vous vous y essayez, il vous faudra le fichier BIOS de la console pour faire fonctionner l'émulateur. Je ne laisse pas de lien, car je n'ai tout simplement pas trouvé de site officiel (et j'ai un doute sur un site nommé Phoenix qui a un projet d'émulation multi-plateformes, mais dont les fichiers présents ne correspondent pas à ceux que j'ai...). En revanche l'émulateur est facilement trouvable sur les sites d'émulation de référence. Je vous laisse farfouiller sur le net si ça vous intéresse. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Après la visite du musée virtuel, maintenant on parle pure archéologie vidéo-ludique : Zzyorxx II.

Pour l'Histoire, après le super jeu de moto Super Burnout sorti en 1995, les français de Virtual Xperience se lançèrent dans le développement de deux jeux : un jeu de plates-formes 2D à la Rayman, Indiana Jag (avec un Jaguar en guise de personnage !) et un magnifique shoot 2D à défilement vertical, j'ai nommé Zzyorxx II. Prévus exclusivement sur Jaguar, les 2 jeux furent finalement annulés, la faute à l'absence de soutien d'Atari, qui axa sa politique (suicidaire) sur les jeux en 3D. 

Les fichiers d'une démo de Zzyorxx II, ainsi que d'une preview de Burnout ont été retrouvés récemment grâce au National Videogame Museum (http://www.nvmusa.org).

Et les deux roms finalisées par CyranoJ de Reeboot sont à télécharger sur le forum AtariAge : http://atariage.com/forums/topic/278134-zzyorxx-ii-and-burnout-preview-released/

A noter que Phoenix émule très bien cette démo (Project Tempest aussi mais sans les ennemis) :

Nouvelle image bitmap

Ne vous attendez pas à un jeu fini, c'est une démo qui présente deux vaisseaux, un fond et quelques ennemis qui apparaissent pendant une dizaine de secondes. M'enfin, ça laisse rêveur à la vue de ces graphismes hauts-en-couleurs.

Posté par le barbu à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,